Une campagne vidéo de la Coalition contre l’Obésité Morbide

Coalition contre l'obésité morbide

L’organisme québécois « Coalition contre l’obésité morbide » a lancé une campagne de vidéos via sa page Facebook. Il espère que celle-ci prendra une tournure virale pour toucher le plus de malades possible.

Le média internet serait un bon moyen de toucher les obèses morbides. Ces derniers l’utilisent en priorité lorsqu’ils se documentent sur leur pathologie. La cofondatrice de la coalition, Jennifer Schultz invite toute personne atteinte à partager son témoignage. Elle compte récolter d’autres déclarations et les diffuser, toujours sous forme de vidéos.

Donner un aspect viral à cette campagne permettrait d’augmenter le nombre de personnes soignées. Elle sert avant tout à créer le contact avec les obèses morbide qui vivent dans l’isolement. Mais aussi à les informer sur cette maladie et sur les moyens de la soigner.

Dans ces vidéos on voit le témoignage de deux femmes atteintes d’obésité morbide. L’une d’entre elles est Madame Schultz, la cofondatrice de la coalition contre l’obésité morbide. Elles nous racontent les moyens qu’elles ont utilisés pour sortir de l’isolement. Sont mis en avant les risques pour la santé mais aussi la chirurgie bariatrique comme un remède efficace à l’obésité morbide.

Vous pouvez visionner ces deux témoignages ci-dessous :
Lire la suite

Etude comparée : les traitements de l’obésité morbide

Jusqu’à aujourd’hui il n’existait pas de résultats concrets sur l’étude des traitements de l’obésité. L’objectif de ces études est de comparer la solution chirurgicale aux autres solutions diététiques classiques. On s’interroge notamment sur les risques encourus par patients et sur le rapport entre le coût de l’opération et son efficacité.

Commençons par rappeler que ce traitement concerne les personnes atteintes d’obésité morbide. C’est-à-dire des obèses dont l’index de masse corporelle est supérieur à 40 kg par m2 ou à 35 kg par m2 accompagné de complications médicales.

Ensuite il faut préciser que les interventions chirurgicales contre l’obésité morbide sont de plus en plus répandues dans le monde. Ce type de traitement de l’obésité n’est plus réalisé exclusivement aux Etats-Unis. Ce pays reste tout de même le principal utilisateur de cette technique en raison du nombre important de « grands obèses ».
Lire la suite

Infographie : Le traitement de l’obésité par la chirurgie

L’image suivante décrit les différentes étapes nécessaires pour le bon déroulement d’une opération de chirurgie gastrique.

Rappelons seulement ces quelques points importants :

  • Ce type d’intervention concerne uniquement les personnes adultes atteintes d’obésité morbide. C’est-à-dire ayant un IMC (Indice de Masse Corporelle) supérieur à 35 kg/m2 (calculez votre IMC).
  • L’opération comporte un risque vital pour le patient.
  • Il sera suivi non seulement par un chirurgien mais aussi par un diététicien et un psychologue.
  • Ce suivi se fera tout au long de la vie post-opératoire du patient à raison d’au moins une consultation par an.

Lire la suite

Chirurgie de l’obésité, vers un suivi par SMS ?

Un chirurgien du Limousin a lancé une initiative originale : suivre ses patients via le téléphone mobile et les textos.

SMS

Le Dr Maxime Sodji, spécialiste de la chirurgie de l’obésité, a mis en place une expérience de télémédecine depuis un an. Il constate avec étonnement le succès de cette entreprise.

Son objectif était de faciliter le suivi de ses patients, qui cherchent souvent à sortir de la médicalisation. Le contact par SMS offre un outil de suivi fiable et éthique pour conserver le lien patient médecin.

En effet, la Haute Autorité de Santé (HAS) estime que le taux de patients démédicalisés est un problème important. Il ne doit pas dépasser les 10 % à un an de l’opération et 20 % à six mois. Or ce taux atteint 54 % au bout de 3 ans. De fait, il faut savoir que le suivi ne peut pas être imposé au patient et que les autres outils proposés impliquent une dépense supplémentaire. Joindre ses patients par mobile paraît être la solution idéale.
Lire la suite

La chirurgie du diabète

La chirurgie du diabète est dérivée de la chirurgie de l’obésité, dont nous vous parlons régulièrement sur ce site. Des résultats tangibles ont été obtenus sur la glycémie dans le diabète de type 2 (maladie se caractérisant par une hyperglycémie chronique).

Enfant diabétique

A l’heure actuelle, seuls les diabétiques obèses peuvent être opérés dans le cadre de la chirurgie de l’obésité. Près du quart des patients opérés sont diabétiques. Et, dans de nombreux cas, une rémission complète a pu être observée.

Le Quotidien du Médecin (5 octobre 2011) rapporte que plusieurs études ont montré que la chirurgie de l’obésité coûtait moins cher, à long terme, qu’un traitement médicamenteux classique du diabète. Par exemple, analysant des travaux réalisés sur des souris, des équipes de l’Université Claude Bernard-Lyon1, de l’Inserm, du CNRS, de l’Inra et de l’hôpital Bichat de Paris ont montré que la chirurgie by-pass stimulait la synthèse du glucose par l’intestin : « La détection de ce glucose active un signal qui est transmis au cerveau et améliore la sensibilité à l’insuline ».
Lire la suite

Comment fonctionne le bypass gastrique ?

Le Bypass gastrique est une opération chirurgicale qui consiste à mettre en place un mécanisme restrictif, tout comme l’anneau gastrique. La particularité du bypass gastrique réside dans son montage en « court circuit ».

Bypass gastrique

Le bypass consiste à créer une poche gastrique dans laquelle arrivent les aliments. Lorsque les aliments sont ingurgités, ils passent directement dans l’intestin sans passer par l’estomac, d’où le nom bypass, qui signifie contournement en anglais.

L’estomac est réduit à cette petite poche supérieure, la partie inférieure de l’estomac, représentant la quasi=totalité, est mise hors circuit. Le brassage des aliments dans l’estomac est donc réduit à cette petite poche.

De fait, le bypass permet une réduction de l’apport calorique puisqu’il limite la quantité d’aliments pouvant entrer dans l’estomac. Cette restriction est liée à la taille du réservoir gastrique créé lors de l’intervention.

Le côté malabsorvatif est généralement moindre après un bypass ; ici encore, l’effet est lié à la taille du segment intestinal exclu.

[Image]

Comment fonctionne un anneau gastrique ?

Anneau gastrique

Comme nous l’avons vu dans le précédent article, la pose d’un anneau gastrique est une opération chirurgicale permettant de limiter la quantité d’aliments ingérés par une personne.

La technique de l’anneau gastrique est une technique chirurgicale parfaitement maîtrisée depuis de nombreuses années aux Etats-Unis. En France, la pose d’anneaux gastriques est plus récente. Cette technique s’est installée chez nous il y a une dizaine d’années.

Elle s’adresse principalement aux personnes souffrant d’obésité depuis plusieurs années et qui risquent donc de voir apparaître des complications suite à leur obésité (hypertension, diabète, etc.).

La pose d’un anneau gastrique consiste à placer un anneau autour de l’estomac d’une personne. Cet anneau resserre l’estomac de la personne pour empêcher qu’il ne se remplisse.

L’estomac prend alors une forme de sablier : une partie supérieure, réduite qui se remplit rapidement, ce qui coupe la sensation de faim de la personne.

En somme, l’anneau gastrique réduit la sensation de faim du patient puisque son estomac (supérieur) est rempli bien plus rapidement qu’auparavant. L’anneau gastrique permet donc de réduire l’apport calorique de la personne et lui permet donc de maigrir.

Qu’est-ce que la gastroplastie ?

La gastroplastie est une opération chirurgicale qui vise à limiter la quantité d’aliments ingérés par une personne en réduisant la capacité de l’estomac. Plusieurs méthodes permettent de parvenir à ce résultat, parmi elles, les anneaux gastriques que nous vous faisons découvrir dans cet article.

Anneau gastrique

Le principe de l’anneau gastrique est très simple, un anneau est placé autour de l’estomac du patient. Cet anneau permet au patient d’être rassasié avec de faibles quantités de nourriture. Cette opération vise donc à réduire la quantité d’aliments ingérés par le patient.

Après la pause d’un anneau gastrique, la partie supérieure de l’estomac (au dessus de l’anneau) est pleine dès les premières bouchées. Le patient ne ressent donc plus de sensation de faim.

Lorsque le patient a avalé les premières bouchées et que la sensation de faim ne se fait plus ressentir, il est contraint d’attendre que la nourriture ait franchi l’anneau.

De fait, le volume des prises alimentaires au cours de chaque repas est réduit, ce qui diminue les apports caloriques. L’organisme est alors contraint de puiser dans les ‘réserves’ de graisse pour les transformer en calories.

De nombreuses personnes se demandent s’il n’y a pas un risque de carences lors de la pose d’un anneau gastrique : il suffit de suivre des recommandations diététiques. Par ailleurs, il est vivement conseillé de reprendre une activité physique lors de la pose d’un anneau gastrique : ceci permet d’augmenter la masse musculaire.

Page 14 sur 14« Première page1011121314