Quels sont les effets du tabac ? Comment arrêter la cigarette ? Pourquoi arrêter la cigarette avant une opération chirurgicale ?

Les effets néfastes du tabac et de la cigarette

Tabac

Il est vivement recommandé d’arrêter de fumer avant un opération chirurgicale.

On connaît bien les effets négatifs pour la santé de la consommation de cigarettes, tant en pathologies non cancéreuses que cancéreuses (1 cancer sur 3 est lié au tabagisme !) : baisse de la fertilité, impuissance, diabète, traitements anti-viraux du SIDA moins efficaces, cancers de la bouche, du pancréas, du rein, de la vessie, du sein, de l’estomac, de la gorge et de l’intestin grêle. Ainsi, le tabagisme est la 1ère cause de mortalité évitable en France.

Comment arrêter le tabac ?

Voilà une question pour laquelle il n’existe pas de réponse-type. Beaucoup de fumeurs choisissent d’éteindre leur dernière cigarette et d’être suffisamment déterminé et confiant pour ne plus jamais avaler à nouveau de la fumée. C’est la démarche la plus utilisée, mais elle ne marche pas forcément (loin s’en faut !) à la première tentative !

Une prise en charge médicale peut être envisagée en cas de comorbidité ou d’échecs répétés de tentatives d’arrêt. Différents méthodes sont à la disposition de celui qui cherche à ne plus être dépendant de la cigarette : substituts nicotiniques ou médicaments. Sur le plan non-médical, les méthodes à disposition sont les thérapies comportementales et cognitives, l’apprentissage autodidacte, l’assistance téléphonique, les forums et groupes de soutien en ligne, homéopathie, acupuncture, etc.

Pourquoi arrêter la cigarette avant une opération chirurgicale ?

L’arrêt de la cigarette avant une opération chirurgicale est recommandé. Si elle n’est pas particulièrement plus critique dans le cadre d’une opération de chirurgie bariatrique, le délai entre le premier rendez-vous avec un chirurgien et le jour de l’opération permet des actions en la matière.

Ainsi, arrêter de fumer 6 à 8 semaines avant une opération et jusqu’à la cicatrisation garantit :

  • 3 fois moins de complications chirurgicales ;
  • 2 fois moins de passages en unité de réanimation ;
  • 1 séjour plus court à l’hôpital

Sachez par ailleurs qu’un arrêt plus de 2 jour avant l’opération réduit (mais dans des proportions moindres) les risques opératoires, qu’un arrêt moins de 48 heures avant l’opération est également bénéfique car il permet une meilleure oxygénation, et qu’une simple baisse de la consommation a aussi des bénéfices même s’il vaut mieux préférer un arrêt.

Pour atteindre cet objectif, plusieurs interlocuteurs sont à même de vous accompagner : votre médecin traitant, votre pharmacien, votre chirurgien ou un tabacologue.

Sachez qu’un protocole d’arrêt du tabac est prévu pour les patients de l’Ipco qui sont fumeurs.

 

Image : CC Flickr/Fried Dough

Les commentaires sont fermés.