Un nouveau rapport publié au Royaume-Uni montre comment la chirurgie bariatrique permet d’améliorer la fertilité de femmes en situation d’obésité et de réduire les complications liées à la grossesse.

L’infertilité, une des conséquences de l’obésité

 

Il est connu que l’obésité a un impact négatif sur la fertilité féminine. En effet, elle peut avoir des conséquences sur la conception naturelle, augmenter les risques fausses couches et entraver le bon déroulement de la grossesse.

La santé de la mère et du nouveau né peuvent également être mise à mal sur le long terme, avec un taux supérieur d’anomalie congénitale, de complications pendant la grossesse et l’apparition possible de maladies plus tard dans la vie de l’enfant.

Une étude suggère que 25% des femmes candidates à la chirurgie bariatrique souffrent d’infertilité.

Ces interventions sont-elles bénéfiques aux femmes qui souffrent d’infertilité en raison de leur poids ou du syndrome des ovaires polykystiques (une pathologie des ovaires favorisée par l’obésité et le diabète) et souhaitent procréer ?

C’est ce qui est suggéré par les chercheurs.

Des opérations sûres qui améliorent la fertilité chez la femme

 

Ce rapport écrit par le Royal College of Obstetricians and Gynaecologists (RCOG) s’intitule “Le rôle de la chirurgie bariatrique dans l’amélioration de la santé reproductive”.

L’analyse se base sur plusieurs études et montre que la chirurgie permet d’améliorer les marqueurs du syndrome des ovaires polykystiques. Cela permet notamment de réduire les risques d’infertilité, d’hirsutisme, de changement hormonaux et de résistance à l’insuline.

Par exemple, lors d’une étude réalisée auprès de 110 jeunes femmes italiennes qui ne parvenaient pas à tomber enceintes avant la chirurgie, 60 ont pu concevoir à la suite de la perte de poids post-opératoire.

Les auteurs ajoutent que l’obésité pendant la grossesse et une prise excessive de poids au cours de la grossesse augmentant les risques de fausse couche, il est probable que la chirurgie bariatrique réduise ces risques également.

Toutefois, il est recommandé de patienter pendant au moins un an après l’opération avant de décider de faire un enfant.

Perdre du poids pour soi et pour sa famille

 

Si bébé se fait attendre, entreprendre une démarche efficace de perte de poids pourrait vous aider.

N’hésitez pas à nous contacter pour découvrir les différentes options médicales et chirurgicales possible à l’IPCO et rencontrez notre équipe pluridisciplinaire.

 Chirurgie de l'obésité et infertilité

Source : https://www.rcog.org.uk/globalassets/documents/guidelines/scientific-impact-papers/sip_17.pdf

Les commentaires sont fermés.