Une étude montre qu’en plus de permettre aux participants de perdre un tiers de leur poids, la chirurgie bariatrique a permis la disparition des lésions pré-cancéreuses de l’endomètre.

Le cancer de l’endomètre, premier cancer de l’appareil reproducteur féminin en France

 

Le cancer de l’endomètre est le second cancer gynécologique chez la femme après le cancer du sein, et le quatrième chez la femme (tous cancers confondus). Il s’agit du cancer de la muqueuse qui tapisse le corps utérin (où se déroule la grossesse), qui apparaît chez la femme généralement après la ménopause (à ne pas confondre avec le cancer du col de l’utérus, qui a des causes différentes). Néanmoins 25% des cas apparaissent avant la ménopause.

Il s’agit d’un cancer hormono-dépendant, qui est notamment lié à l’activité des oestrogènes.

L’obésité comme principal facteur de risque

 

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), de même que l’Institut National du Cancer ont mis en évidence les liens entre obésité et cancer de l’endomètre dans plusieurs publications. Une augmentation de 5 points d’IMC entraînerait un risque de 52% supplémentaire de développer ce type de cancer.

La raison : plus une personnes possède de tissus adipeux, et plus sa sécrétion d’oestrogène sera importante, augmentant ainsi l’exposition de l’endomètre à cette hormone.

Les bénéfices de la chirurgie bariatrique

 

Les scientifiques de l’université de Virginie (USA) ont mené une étude sur des femmes présentant des risques élevés de cancers liés à l’obésité.

D’après Dr Susan Modesitt du Centre pour le Cancer de l’Université de Virginie, “Si l’on regarde les cancers chez les femmes, environ un cinquième de tous les décès seraient évités si elles avaient un poids de santé”.

Elle ajoute qu’en ce qui concerne les cancers liés à l’obésité, le plus important est le cancer de l’endomètre, mais il y a aussi le cancer du colon, le cancer du sein ou du rein. Pour elle, entre 40 et 50% des cancers de l’endomètre sont causés par l’obésité.

Au total 68 femmes ont subi l’intervention, avec un âge moyen de 44.2 ans et un IMC moyen de 50.9.

A l’issue de la chirurgie, la perte de poids moyenne était de 45.7kg et les résultats des biopsies de l’endomètre ont montré que 10% des participantes qui n’avaient pas subie d’hystérectomie préalable ont vu des changements au niveau des lésions pré-cancéreuses présentes sur l’endomètre. Les lésions ont toutes disparues à la suite de la perte de poids.

En plus d’améliorer considérablement la qualité de vie des patients, de plus en plus d’études démontrent comment la chirurgie bariatrique permet de traiter des pathologies associées, comme le diabète ou maintenant les lésions pré-cancéreuses de l’endomètre.

 

Chirurgie bariatrique et cancer de l'endromètre

Source :  “Women at extreme risk for obesity-related carcinogenesis: Baseline endometrial pathology and impact of bariatric surgery on weight, metabolic profiles and quality of life“ (Gynecologic Oncology August 2015, Vol.138(2):238245, doi:10.1016/j.ygyno.2015.05.015)

Les commentaires sont fermés.