Compte tenu du coût des dépenses de santé, les patients obèses atteints de diabète de type II et en particulier ceux l’ayant développé depuis peu devraient être opérés en priorité indépendamment de leur IMC, selon une étude.

Le statut diabétique devrait entrer en compte dans l’orientation vers la chirurgie

 

Si pour le moment l’un des critères principaux d’éligibilité des patients pour la chirurgie bariatrique est l’IMC, l’étude coréalisée par des chercheurs suédois et australiens et publiée dans le journal The Lancet Diabetes and Endocrinology suggère que le statut diabétique devrait également être pris en compte, et que des patients présentant un IMC moins élevé mais une comorbité telle que le diabète devraient être priorisés.

Ils se basent sur les coûts engendrés sur le long terme par le traitement de la pathologie par rapport au coût d’une prise en charge de la chirurgie.

Des méthodes de calcul erronées

 

Plusieurs études ont démontré le succès de la chirurgie pour guérir le diabète de type II, toutefois les données qui permettaient d’évaluer le coût d’une prise en charge chirurgicale par rapport à un traitement classique méritaient d’être revues. En effet, selon les auteurs les études précédentes évaluaient les bénéfices financiers de la chirurgie pour toute la population obèse éligible, en sous estimant les bénéfices pour les personnes obèses atteintes de diabète type II, tout en les surestimant pour les personnes obèses non atteintes de diabète type II.

Des coûts moins élevés avec la chirurgie pour les personnes diabétiques

 

Les chercheurs ont donc étudié les coûts de santé enregistrés après la chirurgie bariatrique chez des personnes ayant différents statuts diabétiques, jusqu’à 15 ans après l’opération. Résultats : les coûts épargnés en médicaments à l’issue de l’opération par la rémission du diabète sont plus importants que ceux engendrés par l’opération.

“Nous montrons que pour les patients obèses avec un diabète de type II, le coût initial de la chirurgie bariatrique semble être largement compensé la prévention de coûts futurs liés aux soins et aux médicaments.”

Le Dr Ricardo Cohen, directeur du centre d’Excellence pour la Chirugie Bariatrique et Métabolique commente l’étude dans le même journal. Selon lui cette étude confirme que les dépenses ne sont donc pas reliées à l’IMC initial et à la perte de poids prévue à l’issue de l’opération, et que l’IMC ne devrait donc pas être le seul indicateur d’éligibilité à la chirurgie bariatrique.

Pour plus d’informations sur l’éligibilité à la chirurgie bariatrique, contactez nous.

Crédit : OT by Phalinn Ooi on Flickr

 

Source : Health-care costs over 15 years after bariatric surgery for patients with different baseline glucose status: results from the Swedish Obese Subjects study’, published in The Lancet Diabetes & Endocrinology http://press.thelancet.com/Bariatric.pdf

Les commentaires sont fermés.