Des recommandations historiques sur le rôle de la chirurgie bariatrique dans le traitement du diabète de type II ont été publiées avec le soutien de 45 organisations internationales. Pour la première fois, l’usage de la chirurgie de l’obésité est conseillé pour traiter les personnes en situation d’obésité même légère, si leur taux de glucose ne peut pas être contrôlé de manière adéquate.

La chirurgie bariatrique est trop peu utilisée pour guérir le diabète

Dans un communiqué qui, pour la première fois, émet une série de recommandations sur l’usage de la chirurgie dans le traitement du diabète de type II, des experts du monde entier soutiennent l’usage de la chirurgie bariatrique comme étant une option chez les patients dont l’IMC est compris entre 30 et 34.9 kg/m² et dont l’hyperglycémie n’est pas contrôlée correctement. Cette recommandation avait déjà cours chez les patients atteints d’obésité sévère.

Publiées dans la revue Diabetes Care, à l’issue du 2ème Sommet de Chirurgie du Diabète (DSS-II), une conférence internationale visant à trouver un consensus entre professionnels, ces recommandations introduisent l’un des changement les plus importants dans le traitement du diabète dans les temps modernes.

Les scientifiques notent que la chirurgie permettrait d’effectuer des économies chez les patients atteints de diabète de type II et ils déplorent le fait que malgré des preuves de plus en plus nombreuses de son efficacité, la chirurgie bariatrique est notablement absente des traitements pour le diabète.

A lire aussi : Des experts appellent à parler de « chirurgie métabolique »

Un suivi multidisciplinaire dans des centres spécialisés

Les auteurs soulignent également l’importance d’adopter une approche pluridisciplinaire et de proposer un suivi aux patients sur le long terme. Ils précisent que les patients atteints de diabètes sont habitués à ce type de suivi, puisqu’ils consultent régulièrement des ophtalmologues, des cardiologues et des psychologues en plus de leur médecin généraliste. “Les patients considérés pour la chirurgie doivent bénéficier d’une évaluation psychologique, diététique et médicale, et ils doivent être suivi sur le long terme”, explique l’auteur.

L’IPCO propose une approche globale qui couple un accompagnement pré et post-opératoire visant l’intégration d’une alimentation saine et d’une activité physique régulière dans votre mode de vie et une technologie chirurgicale de pointe.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre page contact.

Source : http://care.diabetesjournals.org/content/39/6/861

Les commentaires sont fermés.