Atteint de diabète de type II, c’est l’endocrinologue de Pierre qui l’a orienté vers la chirurgie bariatrique. Il pesait alors 119 kg. Onze mois plus tard, et 31 kg de perdus jusqu’ici, le mulhousien partage son témoignage sur sa nouvelle vie.

“Il fallait que je me reprenne en main”

“J’avais déjà tenté de perdre du poids à cause de mon diabète dans les années 90, j’avais perdu 22 kg”. En modifiant son alimentation, il était parvenu à perdre du poids, toutefois cette perte n’avait pas été durable et suite à des difficultés personnelles, Pierre a repris des kilos pour atteindre 119 kg. Une reprise de poids qu’il attribue à beaucoup de grignotages entre les repas, des apéritifs et un mode de vie sédentaire. C’est à ce moment qu’il a eu le déclic et à décidé de rencontrer des médecins et d’anciens patients ayant eu recours à la chirurgie bariatrique.

“C’est avant tout une adaptation à un état d’esprit et à une hygiène de vie”

À l’IPCO, Pierre a assisté à une première réunion d’information. Puis il a décidé d’opter pour la chirurgie. Il a d’abord suivi le programme pré-opératoire de rééquilibrage alimentaire et de reprise d’activité physique (PPO) et avait déjà perdu, grâce à ces consultations, 15 kg avant l’intervention.

“J’ai compris ce qui n’allait pas dans mon alimentation : je ne mangeais pas beaucoup mais de manière déstructurée, principalement sous forme de grignotages entre les repas”, explique l’homme de 66 ans.

Son conseil pour les futurs opérés: “Il faut respecter scrupuleusement les instructions alimentaires données avant et après l’opération, pour que l’intervention et la récupération se passent dans les meilleures conditions possibles”.

Onze mois après l’intervention, Pierre a perdu 31 kg. “J’avais repris un peu, j’ai donc décidé de suivre un programme post-opératoire (PPI). C’est la reprise d’une activité physique, ce que je ne faisais plus du tout avant, qui m’a aidé à perdre de le reste. Et je compte bien continuer à perdre !”

Un gain en terme de qualité de vie

Depuis l’intervention, Pierre a retrouvé un taux de glycémie presque normal et considère qu’il sera bientôt un “ex-diabétique”. Il conserve deux petites cicatrices presque invisibles sur le ventre. Mais c’est surtout son nouveau mode de vie qui lui plait. Il a appris à écouter son corps, et aime marcher à l’extérieur, pour conserver son nouveau rythme. “Avant, j’étais devant la télévision, je ne faisais rien. Si on m’avait dit que je pourrai un jour courir, j’aurais rigolé. Je préfère la marche, mais j’ai couru encore aujourd’hui, pour attraper le bus. J’ai retrouvé cette capacité de courir à 66 ans, et ça c’est du bonheur”.

Merci à Pierre pour son témoignage.

Les commentaires sont fermés.