Arnaud a bénéficié de la chirurgie bariatrique en janvier 2016. Après un an et une perte de poids de 55 kg, il partage avec nous son expérience. Une nouvelle vie pleine de défis relevés : alors qu’il pesait 138 kg avant l’intervention, et après des mois de préparation, il a pu courir et terminer le marathon de Paris en avril 2017 !

  • Comment en êtes vous venu à la chirurgie ?

Il faut savoir que j’ai suivi le parcours en parallèle avec ma femme, qui a aussi bénéficié de la chirurgie. Le premier rendez-vous a eu lieu en juillet 2015, et après ça on a commencé à suivre le programme pré-opératoire. Donc d’un côté la restructuration alimentaire, et de l’autre une reprise de l’activité physique. J’ai repris la marche, en commençant par 6 minutes, puis en montant progressivement jusqu’à 40 minutes. À ce moment j’allais au centre 2 à 3 fois par semaine, et j’avais déjà perdu facilement une dizaine de kilos. J’ai aussi assisté aux réunions du jeudi entre personnes opérées et futurs opérés, c’était vraiment super ! Ensuite l’opération a eu lieu en janvier 2016.

  • Comment avez vous vécu le rééquilibrage alimentaire avant et après l’intervention ?

En fait, avec ma femme ce n’était pas tellement ce que nous mangions, mais plutôt le fait de ne pas manger les bonnes choses au bon moment qui nous avait fait prendre du poids. Par exemple, nous ne prenions pas de vrai petit-déjeuner, et nous mangions beaucoup de féculents le soir. Donc c’est surtout à ce niveau qu’il y a eu des changements, et sur la reprise de l’activité physique bien sûr.

A lire aussi : Régime post-opératoire : que faut-il manger après la chirurgie bariatrique ?

  • Vous et votre femme avec choisi de bénéficier tous les deux de la chirurgie bariatrique. Comment était-ce d’être à deux dans la même démarche ?

Pour nous c’était très positif, si il y en avait un qui avait une baisse de motivation, il était soutenu par l’autre, et vice-versa. Après nous n’avons pas eu beaucoup de moments de moins bien, on était vraiment motivés ! Nous ne regardions pas trop le poids, on ne le prenait que quand on allait aux rendez-vous alimentaires chez Pondera. On était pas tous les jours à se mettre sur la balance pour dire “j’ai perdu” ou “j’ai pris du poids” par exemple. On se disait plutôt “on fait attention, si on mange bien et qu’on fait du sport il n’y aura pas de souci”. Là ça fait un an et demi qu’on est opérés, et on a chacun perdu environ 55 kg.

  • La chirurgie a-t-elle participé à votre désir de courir le marathon ?

Oui, c’était aussi une manière de me motiver à aller courir tous les jours dans le cadre du programme post-opératoire qui a duré 8 mois. Je voulais montrer de quoi j’étais capable, j’ai pu me prouver que même si j’étais en surpoids avant, je pouvais y arriver. Au début, je me suis préparé de mon côté, j’ai suivi des plans d’entraînement trouvés sur internet. J’ai commencé par le semi-marathon de Colmar le 18 septembre 2016, que j’ai couru en 2h. Après j’ai continué à me préparer doucement, en parallèle du programme post-opératoire. C’était beaucoup d’entraînement, 4 ou 5 sorties par semaine, j’ai fait presque 1000 km d’entraînement de novembre à avril. Puis j’ai couru le marathon de Paris le 9 avril 2017. Ma femme, elle, préfère la marche donc elle n’a pas couru avec moi, mais elle est venue me soutenir !

  • Comment c’était pour vous de courir le marathon, connaissant votre parcours ?

Être dans le marathon, c’est très très impressionnant, de voir le monde qu’il y a, et puis une fois que c’est parti on suit le rythme ! Il y a deux ans je ne me serais jamais imaginé y être ! Le dernier kilomètre pour moi a été très intense, il y a eu beaucoup d’émotion, et j’ai revu toutes les étapes par lesquelles je suis passé pour en arriver là ! J’ai fini la course en 4 heures, 22 minutes et 51 secondes.

Merci à Arnaud pour ce témoignage.

Dossard d’Arnaud, finisher du Marathon de Paris

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre page contact.

Les commentaires sont fermés.