Cette semaine, nous vous emmenons au bloc opératoire ! Nos chirurgiens, Messieurs les  Drs Kolmer et Mateiciuc nous en disent plus sur la journée opératoire du patient en chirurgie bariatrique et sur le suivi post-opératoire à l’IPCO.

Pouvez-vous nous décrire le parcours type d’un patient devant bénéficier d’une sleeve gastrectomie ?

Dr Mateiciuc : Le parcours du patient commence quand il arrive à la clinique, entre 15h et 17h, la veille de l’intervention. C’est à partir de ce moment que l’un de nous deux va passer le voir.

Le geste chirurgical est programmé le lendemain matin.

Une journée opératoire compte environ six interventions, elle commence pour nous vers 7h et se termine aux environs de 15h.

Actuellement, nous travaillons sur un projet de réalisation de cette intervention en ambulatoire, chez certains patients sélectionnés, répondants aux critères généraux de la chirurgie ambulatoire. Ces patients viendront le matin, le jour même, se feront opérer et rentreront chez eux en fin d’après midi ou en début de soirée.

C’est tout à fait faisable, cela existe déja dans certains CHU avec de très bons résultats.

Qu’en est-il du suivi, une fois que l’intervention est réalisée ?

Dr Mateiciuc : Nous programmons une visite le lendemain, pour voir les patients, regarder les bilans et voir si tout se passe bien. Puis nous les revoyons tous les jours, plusieurs fois par jour s’il le faut, jusqu’à leur sortie. En général, les gens ne restent qu’une nuit après l’opération et sortent le lendemain.

Ces visites nous permettent de leur redonner des explications si c’est nécessaire, même s’ils ont été briefés et rebriefés pendant les consultations préalables à l’IPCO. Après l’intervention ils comprennent mieux ce qu’on leur a dit auparavant, car ils le vivent.

Comment collaborez vous lors des interventions ? Sous la forme d’un binôme ?

Dr Kolmer : Nous sommes deux, et nous nous occupons à deux de tous les patients. Il n’y a pas une patientèle spécifique de l’un ou de l’autre. L’idée c’est que les gens qui viennent à l’IPCO sont pris en charge globalement par une équipe de professionnels médicaux, et notamment deux chirurgiens. On est toujours systématiquement présents tous les deux au bloc, et la surveillance post opératoire va se faire à deux également, ce qui garantit d’avoir quelqu’un de joignable, qui vous connait, à toutes les heures de tous les jours de l’année.

En quoi la disponibilité à tout moment d’un des deux chirurgiens de l’IPCO permet-elle de limiter les risques de complication post-opératoire ?

Dr Kolmer : Tous les patients sont connus de nous deux, et toutes les interventions ont été vues et validées par nous deux. Il y a donc des patients pour lesquels on va surveiller plus particulièrement certaines choses, et en cas de complications, on aura une idée immédiate de ce qui peut être en train de se passer, de ce qu’on doit chercher, en fonction de notre connaissance du patient et de notre expérience des complications post-opératoires. Ceci  nous permet d’aller beaucoup plus vite, sans passer par des équipes qui vont d’abord faire des examens complémentaires, puis prendre des décisions en fonction de ces examens – qui sont toujours très compliqués à analyser –  sans connaître le patient.

Dans toutes les cliniques il y a un chirurgien de garde, mais ce n’est pas forcément celui qui a opéré le patient.

Nous, c’est cela que nous avons souhaité mettre en place, pour plus sécurité et plus de  bien-être pour nos patients.

A titre indicatif, nous n’avons plus eu aucune fistule (qui est la complication majeure des sleeve – gastrectomies) depuis octobre 2014.

Merci aux Drs Kolmer et Mateiciuc d’avoir accepté de répondre à nos question. Pour plus d’information, contactez-nous.

Les commentaires sont fermés.