Le risque d'obésité infantile est limité en mangeant à la cantine

Les enfants qui mangent à la cantine sont moins exposés au risque de surpoids et d’obésité.

Une étude menée à l’Université de Bordeaux 2 révèle que manger à la cantine ne fait pas grossir les enfants. Bien au contraire, cela limite les risques de surpoids et d’obésité infantile !

4000 enfants de 5 à 7 ans ont participé, entre 2007 et 2008, à l’étude supervisée par la pédiatre Hélène Thibault. Il en ressort que les enfants qui ne déjeunent pas à la cantine ont 2,5 fois plus de risques de devenir obèses. Comment expliquer ce constat ?

Pourquoi la cantine protège du surpoids


D’abord, la qualité des repas scolaire s’est grandement améliorée ces dernières années, comme le reconnaissent les experts du programme nutrition et prévention santé des enfants.

Ensuite, les menus sont conçus en fonction des besoins des enfants (la quantité servie est adaptée). D’ailleurs, l’Etat impose aux services de restauration scolaire de proposer aux élèves un repas équilibré, composé de quatre ou cinq plats au choix, dont nécessairement un plat principal comprenant une garniture et un produit laitier, respectant une « exigence minimale de variété ». A l’inverse, les enfants qui rentrent déjeuner chez eux, mangeant avec un ou des adultes, ont tendance à plus manger (parfois la même portion qu’un adulte), et donc à trop manger. Par ailleurs, ces enfants mangent aussi souvent autre chose que le menu « de base » (sucreries, biscuits…).

En outre, toujours sur le plan alimentaire, la cantine est l’occasion de découvrir de nouveaux aliments et de diversifier l’alimentation proposée à son domicile. Notamment par le mimétisme lorsqu’un enfant voit ses camarades manger certains aliments que lui n’a pas l’habitude de consommer.
De plusoutre, le fait d’avoir un menu imposé, où tout ne plaît pas aux enfants, fait que ceux-ci peuvent faire l’impasse sur une partie du repas, et donc avaler moins de calories…

Enfin, après ou avant la cantine, les enfants ont une période de « récréation » au cours de laquelle ils peuvent se dépenser (ce qui favorise la digestion). A l’inverse des enfants qui rentrent chez eux et qui regardent plus souvent la télévision.

Conclusion

Bref, la cantine ne doit pas être vue comme un endroit où l’on mange mal, bien au contraire. Cette remarque et les conclusions de l’étude sont valables pour tous les milieux sociaux.

 

Image : CC Flickr/CG94

Les commentaires sont fermés.