Magasin hard-discount

Les magasins hard-discount favorisent-ils l'obésité ? Ou : les personnes obèses ont-elles plus tendances à fréquenter ces enseignes ? (Ou les 2 ?)

Une étude de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) fait une corrélation entre le lieu où l’on fait ses courses et son poids. Ainsi, il apparaît qu’il y a une différence moyenne de 2,2 centimètres de tour de taille selon les types de magasins fréquentés.

Pour effectuer cette étude, l’Inserm a sélectionné un panel de 7131 personnes vivant dans 10 quartiers parisiens et 111 villes de banlieue. Les chercheurs ont aussi pris en compte le profil socio-économique, la taille et le type des magasins, le niveau d’instruction et le revenu.

Les résultats tendent à montrer que les personnes qui fréquentent la même enseigne ont un profil métabolique proche. Cependant qu’entre deux enseignes différentes, les clients ont un IMC et un tour de taille différents.

Pour cette étude, les chercheurs se sont basés sur Monoprix et ont ensuite comparé le tour de taille des consommateurs d’autres enseignes. Les résultats de cette enquête parlent d’eux-mêmes : un consommateur de hard-discount a, en moyenne, selon cette étude, 2,2cm de tour de taille en plus qu’un consommateur de Monoprix. Le record revient à Lidl et Cora avec 3,6 et 3,5cm de tour de taille en plus. À l’opposé les personnes qui fréquentent des magasins Bio ont en moyenne 6,2cm de tour de taille en moins.

Toutefois, les chercheurs ne veulent pas lancer de conclusions hâtives. Basile Chaix, responsable du projet explique : « On peut se demander si certaines enseignes constituent un environnement alimentaire défavorable ou si les associations observées sont liées à un défaut d’ajustement de notre modèle qui ne tient pas compte des préférences alimentaires« .

Les résultats de cette enquête sont intéressants pour permettre de faire de la prévention directement dans les magasins possédants les IMC les plus élevés.

Et vous, où faites-vous vos courses alimentaires ?

 

[Image]

2 réflexions au sujet de « Les hard-discounts rendent-ils obèse ? »

  1. lidl et aldi je fait un poids de 150kilos je suis actuellement enceinte et je dirais que je ne mange pas beaucoup de fruits et légumes mais plus de pizza, chips, bonbons, gâteaux, soda mais light alors qu’il y’a 7ans en arrière je n’en buvait pas maintenant je me sens accro au soda de temps en temps il m’arrive de manger 2kilos de tomates en 3 jours étant petite mes parents m’achetaient tous les bonbons que je voulait pour en avoir je tapait des crises dans les magasins ma mère aussi est accro aux sucreries elle est obèse aussi, fait des dialyses, bref ce n’est pas un mode de vie sain

  2. L’IPCO, à travers le réseau PONDERA, propose une prise en charge adaptée spécifiquement aux femmes enceintes, avec un suivi tout au long de la grossesse, mais également après. Je vous invite à les contacter.