Une dérégulation du détecteur de lipides chez les personnes obèses pourrait expliquer, chez elles, la consommation excessive qu’elles en font.

Nous sommes tous attirés par les lipides, …

Quel que soit son état d’esprit (et particulièrement en période de tristesse, de déprime ou dépression, ou de mal-être), l’être humain est attiré par les lipides. En effet, il existe une attirance liée à un système de détection qui part des papilles gustatives pour indiquer au cerveau la présence de lipides.

… et les personnes obèses particulièrement…

Or, selon une étude publiée dans le Journal of Lipid Research et menée par l’équipe de Philippe Besnard (Laboratoire de physiologie de la nutrition et toxicologie, Inserm Dijon), ce système serait altéré chez les personnes obèses. Qui donc consommeraient trop de lipides, sans s’en rendre compte.

… en raison d’un récepteur moins actif

L’une des expériences qui ont permis de mettre en avant ce dysfonctionnement a consisté à rendre obèses des souris grâce à un régime hypercalorique. On leur a ensuite présenté des flacons contenant soit des solutions sans lipides, soit des solutions contenant des lipides. Les souris obèses n’ont montré aucune préférence, tandis que les souris non obèses utilisées dans l’expérience ont pour leur part préféré les solutions contenant des lipides.

Et, une fois que les souris obèses ont perdu leur surpoids, elles ont eu le même comportement que leurs congénères témoins qui n’en avaient pas pris : elles ont à nouveau préféré les solutions avec lipides.

Bref, pour Philippe Besnard,  «ces travaux montrent bien que l’obésité interfère avec la perception gustative des lipides».

 

 

Source : Michael Chevrot, Arnaud Bernard, et al., Obesity alters the gustatory perception of lipids in the mouse: plausible involvement of lingual CD36, Journal of Lipid Research, 9 juillet 2013, doi: 10.1194/jlr.M039446

(c) Can Stock Photo

Les commentaires sont fermés.