Les résultats d’une étude présentée au Congrès Annuel de la Ligue Européenne contre le Rhumatisme (EULAR 2016) ont montré que les chances de traiter efficacement l’apparition précoce de l’arthrite rhumatoïde étaient très faibles chez les patients obèses et chez les fumeurs.

Arthrite rhumatoïde : une forte prévalence chez les obèses

L’arthrite rhumatoïde est une maladie chronique invalidante qui touche les articulations, les muscles, les tendons et entraîne des douleurs et des déformations. Entre 0.3 % et 1 % des habitants des pays développés en sont atteints, particulièrement des femmes.

Pour le moment, “en dépit d’une forte prévalence des obèses et des fumeurs parmi les patients atteints d’arthrite rhumatoïde, nous en savions peu sur l’impact de ces facteurs modifiables sur la probabilité de parvenir à une rémission”, indique le Dr Susan Bartlett de l’Université McGill à Montréal.

En effet, selon les recommandations de l’EULAR l’objectif du traitement est d’atteindre une absence d’activité de la maladie. Toutefois, de nombreux patients ne parviennent pas à atteindre ou à maintenir la rémission : 10 ans après l’apparition de la maladie, au moins 50 % des patients ne sont pas en mesure de conserver un emploi à temps plein.

L’obésité et le tabac diminuent les chances de rémission

Toujours selon le Dr Bartlett, les résultats de l’étude montrent qu’arrêter de fumer et atteindre un poids de santé, des éléments du mode de vie qui sont modifiables par le patients, a un impact significatif sur les chances de ne plus présenter les symptômes de la maladie.

L’effet du seul IMC et du tabagisme sur le temps de rémission dans les trois premières années après le diagnostic a été estimé chez les patients suivis par une large étude canadienne : la Canadian Early Arthrisis Cohort.

Plus de 1000 patients ont donc été suivis pendant trois ans. Parmi les hommes, environ la moitié était en surpoids. Parmi les femmes, un tiers était en surpoids, un tiers en situation d’obésité et 15 % étaient fumeuses.

Les résultats montrent que l’obésité et le tabagisme ont un effet significatif, de manière indépendante et combinée, sur les chances de rémission chez les hommes et les femmes. Par exemple, une femme non-fumeuse à son poids de santé avait 27 % de chances de parvenir à une rémission, contre seulement 10 % de chances chez une fumeuse en situation d’obésité.

Cette étude suggère donc qu’encourager les patient à arrêter de fumer et à atteindre leur poids de santé améliorerait leurs chances de rémission après un traitement adéquat.

Pour vous faire aider dans votre démarche de perte de poids, contactez nous.

Source : Obesity and smoking reduces likelihood of treatment success in early rheumatoid arthritis

 

Les commentaires sont fermés.