Sauter le petit déjeuner n'est pas une bonne idée pour perdre du poids

Le petit déjeuner est un élément essentiel de l’équilibre alimentaire.

On savait que le fait de manger à heure régulière et de faire des jeûnes de plusieurs heures par jour peuvent être bénéfiques pour notre santé. De fait, prendre un petit déjeuner, un déjeuner et un dîner est essentiel pour avoir un bon équilibre alimentaire. Et sauter le petit déjeuner pour perdre du poids n’est en rien une solution à un problème de surpoids ou d’obésité.

Une étude britannique présentée à la conférence de neurosciences de La Nouvelle-Orléans vient de montrer que nous sommes plus attirés par la nourriture riche en graisses lorsqu’on n’a pas pris de petit déjeuner.

L’étude montre clairement que démarrer une journée le ventre vide a 2 conséquences :

  • On mange plus…
  • … et plus gras !

Les conclusions ont été obtenues en étudiant les cerveaux de 21 sujets âgés d’environ 25 ans. Les participants qui n’avaient pas pris de petit déjeuner ont dû évaluer leur envie de manger certains mets (les plats leur étaient présentés sous forme de photos). Ils ont ensuite fait la même chose une heure et demi après un très copieux petit déjeuner (730 calories).

En même temps que les photos leur étaient présentées, l’activité de leur cerveau, et particulièrement le cortex orbitofrontal (qui réagit quand on pense à un aliment qu’on aime), était mesurée par IRM.

Bilan : Sans petit déjeuner, le cerveau se montre réactif aux plats riches comme les pizzas et le chocolat. A l’inverse, les mets moins caloriques (poissons, légumes) ont fait réagir le cerveau, que le sujet ait pris un petit déjeuner ou pas.

Après cette expérience, les participants ont tous pris un déjeuner. Et ceux qui n’avaient pas pris de petit déjeuner ont mangé 20% de plus que les autres !

D’ailleurs, les personnes qui prennent un petit déjeuner sont plutôt plus minces que les autres (c’est une moyenne bien entendu)…

Bref, négliger de manger le matin est une mauvaise idée pour contrôler son poids, d’autant que cela permet de moins grignoter !

 

Source : Lack of modulation of brain resting state networks by fasting and ghrelin in humans, J. A. Starke, C. G. Prechtl, S. Scholtz, N. Chhina, A. Miras, G. Durighel, R. Leech, D. J. Sharp, C. F. Beckmann, G. S. Frost, S. R. Bloom, J. D. Bell, A. P. Goldstone, Program No. XXX.XX. 2012 Neuroscience Meeting Planner. New Orleans, LA: Society for Neuroscience, 2012. Online

 

[Image]