Adolescent adulte

Comment sont pris en charge les enfants et les adolescents en situation de surpoids et d’obésité ?

Chez l’enfant et l’adolescent, le diagnostic de surpoids et d’obésité se fait avec les courbes de corpulence de 2010 (dites « courbes IMC ») du Programme national nutrition santé (PNNS).

Dès le plus jeune âge, surveiller la courbe d’IMC permet de déceler un risque de survenue ultérieure de surpoids ou d’obésité. C’est le médecin habituel (pédiatre, médecin traitant) qui assure ce contrôle en renseignant, après chaque consultation, le carnet de santé avec le poids, la taille et l’IMC de l’enfant. Par exemple, une ascension continue de la courbe depuis la naissance, un changement brusque vers le haut, ou un rebond d’adiposité précoce (avant l’âge de 6 ans) sont des signaux qui doivent appeler à la vigilance, car 20 à 50 % des enfants obèses le resteront à l’âge adulte (50 à 70 % pour les adolescents).

Les niveaux de prise en charge

Niveau 1

Le premier niveau est pris en charge par le médecin habituel de l’enfant, lorsque le patient souffre de surpoids ou d’obésité non compliquée, et qu’il se trouve dans un contexte familial favorable (pas d’obésité chez les parents, hygiène de vie correcte…), et sans avoir de problèmes psychologique ou social majeurs.

Dans ce cas, un suivi régulier de l’IMC est mis en place afin d’aider à l’enfant à modifier ses habitudes en matière d’alimentation et d’activité physique.

Niveau 2

Le deuxième niveau est à activer lorsque le niveau 1 n’est pas suffisant, mais aussi lorsque la courbe d’IMC s’envole brusquement ou lorsque le patient souffre d’obésité avec un contexte familial défavorable et/ou avec des problèmes psychologiques ou sociaux.

Dans ce cas, un suivi multidisciplinaire est à mettre en place, impliquant entre autres le médecin traitant de l’enfant. Il doit permettre au jeune patient d’avoir des séances avec un diététicien, un psychologue et un professionnel de l’activité physique.

Niveau 3

Le troisième niveau est indiqué en cas d’échec du niveau 2, de comorbidités sévères, si l’obésité provoque des handicaps dans la vie quotidienne et/ou si le contexte familial est défavorable.

Dans ce cas, un suivi multidisciplinaire est mis en place, piloté par un médecin spécialiste, en lien avec le médecin traitant habituel du jeune patient.

Le suivi est alors plus lourd : explorations fonctionnelles (biologie, imagerie), séances d’éducation thérapeutique de groupes, activités physiques adaptées.

 

Quel que soit le niveau de surpoids et d’obésité, l’équipe de l’Institut de Prise en Charge de l’Obésité se tient à votre disposition !

 

Lire aussi :

 

Image : CC Flickr/Tobyotter

Les commentaires sont fermés.