Enfant en surpoids s'exposant au soleil lors d'une promenadeUne récente étude fait apparaître une corrélation entre obésité et carence en vitamine D.

Rappelons d’abord que la vitamine D est une hormone synthétisée par l’organisme humain à partir d’un dérivé du cholestérol sous l’action des rayonnements UVB de la lumière. La vitamine D joue un rôle dans l’absorption du calcium et du phosphore. Par ailleurs, elle influence plus de 200 gènes, ce qui explique son importance dans diverses maladies comme l’arthrite, le diabète, ou encore certains cancers.

Conséquences de l’obésité sur le taux de vitamine D

L’étude publiée dans la revue PLOS Medicine s’appuie sur 21 revues antérieures menées auprès de plus de 42 000 adultes. (Les chercheurs ont par ailleurs contrôlé leurs résultats sur un autre corpus de 46 études qui concernaient 124 000 personnes). Il en ressort que l’obésité diminue le taux de cette hormone, dont le rôle est pourtant essentiel.

Ainsi, une augmentation de 10% de l’IMC entraînerait une baisse de 4% du taux de vitamine D. En effet, la vitamine D étant stockée dans les cellules graisseuses, il est probable, selon l’équipe de chercheurs dirigée par le Dr Elina Hypponen de l’Institute of Child Health, que la plus grande capacité de stockage chez les personnes en situation d’obésité limite sa bonne circulation dans le sang.

Bref, les personnes en surpoids ou obèses doivent contrôler leur taux de vitamine D, non pas pour lutter contre leur obésité, mais pour limiter les effets (mentionnés partiellement plus haut) d’une carence de cette hormone.

Comment avoir un taux de vitamine D suffisant ?

En France, 80% de la population est en manque de vitamine D. Et pourtant, différentes approches sont possibles et combinables :

  • Le mieux est encore de s’exposer au soleil (avec toutes les réserves nécessaires en période estivale, l’idée n’est de s’exposer de manière prolongée, à midi au mois de juillet, et de risquer une insolation ou un cancer de la peau !), en favorisant les activités extérieures lorsque c’est possible. Les promenades sont ainsi, par exemple, une bonne manière d’améliorer son état physique, et d’améliorer son taux en vitamine D. Sachez que l’exposition au soleil doit procurer entre 80 % et 90 % de la vitamine D !
  • Peu d’aliments apportent significativement de la vitamine D. On en trouve toutefois dans le saumon, dans le thon rouge, dans la truite, et dans les huiles (de flétan, de carpe, de thon, de maquereau, de saumon, de foie de morue)
  • Les compléments alimentaires peuvent également être une alternative, notamment en période hivernale.

 

Source : www.eurekalert.org

Image : CC Flickr/Gaulsttin

2 réflexions au sujet de « Obésité et vitamine D »