On sait que certaines personnes font l’objet de discrimination professionnelle. Parmi elles, les personnes en surpoids ou obèses. Mais la discrimination concerne également les étudiants.

Une étude menée aux Etats-Unis s’est intéressée aux étudiants en 3ème cycle postulant à un poste dans leur université. Le constat est sans appel : les étudiants plus minces ont plus de chances d’obtenir le poste que ceux en surpoids ou obèses (bref, tous ceux qui ont un IMC supérieur à 25).

L’étude la Bowling Green State University publiée dans la revue Obesity a observé les étudiants en doctorat de psychologie dans plus de 950 établissements à travers les Etats-Unis. Une centaine de dossiers d’inscription pour obtenir un poste au sein de l’Université ont été analysés.

Il ressort que :

  • Les étudiants obèses ont moins de chance d’obtenir un poste
  • Les étudiantes sont particulièrement touchées
  • Ces différences de traitement n’apparaissent pas lorsqu’il y a un entretien téléphonique, mais sont flagrantes lors d’un face-à-face
  • Les étudiants minces obtiennent plus facilement des recommandations

Les chercheurs expliquent cette discrimination de plusieurs manières :

  • Lors d’un face-à-face, les recruteurs discriminent consciemment ou inconsciemment (aux prétextes de paresse ou de risque d’intimidation ultérieure au sein d’une organisation…)
  • Du côté de la personne en surpoids ou obèse, il se pourrait qu’elle ait intégré certains stéréotypes qui limiteraient leur performance

 

Source : Weight bias in graduate school admissions, Obesity, juin 2013


(c) Can Stock Photo

Les commentaires sont fermés.