Une étude de l’Université de Leeds (Grande-Bretagne) vient de révéler que les enfants ont plus tendance à nouer des liens d’amitié avec des enfants qui ne sont pas en surpoids.

alfie et thomas

Alfie « normal », Alfie handicapé, Alfie en surpoids, et Thomas

Menée par Andrew Hill, l’étude a consisté à analyser les comportements de 136 enfants, filles et garçons, âgés de 4 à 6 ans à la lecture d’une histoire (un groupe d’enfants a pour ami un chat qui est coincé dans un arbre) déclinée en 3 versions : la seule différence, entre les 3 versions, était le physique du personnage principal (Alfie) :

  1. Version 1 : Alfie a un poids normal
  2. Version 2 : Alfie est obèse
  3. Version 3 : Alfie est handicapé

Les enfants rejettent le personnage en surpoids

Parmi les enfants (au nombre de 43) auxquels on a donné la version 2 (Alfie obèse), un seul a déclaré qu’il choisirait Alfie comme ami, plutôt que Thomas (autre protagoniste de l’histoire). Globalement, le surpoids d’Alfie est vu comme un point négatif pour gagner des courses, bien travailler, être invité chez des amis, être heureux…

La version 3 (Alfie handicapé) de l’histoire a été légèrement mieux acceptée que la 2ème, mais le personnage reste mal noté.

A l’inverse, la version 1 (celle de la « normalité ») a recueilli une adhésion beaucoup plus forte autour du personnage.

La version féminisée du personnage à peine mieux lotie

Pour la version féminisée de l’histoire, 2 enfants sur 30 choisiraient Alfina en surpoids, comme amie, plutôt que Holly.

Le problème des préjugés

Le professeur Andrew Hill analyse les résultats de l’étude : « les enfants sont conscients de l’intérêt social de la corpulence. Avant qu’ils n’entrent à l’école, ils ont des a priori négatifs sur l’obésité« . Car beaucoup d’éléments dans le cadre de vie des enfants les incitent à développer ces préjugés : opinion des parents, émissions télévisées, etc. Or, point le chercheur de l’Université de Leeds, « si ces stéréotypes commencent dès l’enfance, ils vont être très difficiles à renverser. »

 

Source : Young children appear to reject story characters who are obese, Université de Leeds, 15 mai 2013

Les commentaires sont fermés.