Alors que de plus en plus de femmes choisissent d’accoucher par césarienne, une étude récente tend à montrer que celle-ci augmente les cas d’enfants obèses.

L’étude dirigée par Susanna Hue (Hôpital pédiatrique de Boston) a été publiée le 23 mai dernier dans la revue Archives of Disease in Childhood. Elle exprime que le taux d’obésité infantile est deux fois plus important chez les enfants de 3 ans nés par césarienne (16% environ) que par la voix génitale (7,5%). D’autres études ont été menées sur les enfants issus de césariennes et toutes présentent que ces enfants possèdent de plus grands risques que les autres, mais aussi en ce qui concerne les allergies et l’asthme. Une étude chinoise rendue publique en 2011 avait présenté la césarienne comme une des causes de l’obésité.

Les microbiotes mis en cause

Les enfants ont une flore intestinale (microbiote) différente suivant leur contact ou non avec la flore maternelle. Ces microbiotes peuvent être alors la cause de cette augmentation du risque d’obésité. D’autant plus qu’il est montré dans d’autres études que les personnes atteintes d’obésité présentaient des microbiotes différents des autres personnes. Le lien entre les deux peut rapidement se faire, même si l’étude n’a pas analysé la composition des microbiotes des enfants.

Faut-il alors annoncer aux femmes enceintes voulant opter pour une césarienne sans avis médical que leur enfant risque des complications plus tard ? L’étude reste encore trop faible pour les gynécologues français et les hôpitaux. Certains y voient une façon de faire culpabiliser les femmes qui choisissent la césarienne sans recommandations particulières de leur médecin. Le sujet reste en effet encore assez controversé. Pour rappel, en France un accouchement sur 5 se fait par césarienne, c’est le double d’il y a trente ans.

Les commentaires sont fermés.