La gastrectomie « sleeve » consiste en la résection verticale de plus des 2/3 de l’estomac.

L’ablation d’une majeure partie de l’estomac, outre son caractère restrictif, élimine une quantité de cellules gastriques (dites « cellules pariétales ») qui sécrètent une hormone : la ghréline. Celle-ci stimule l’appétit en agissant au niveau du système nerveux central. C’est ce qui explique l’intérêt récent porté à cette opération.

L’intervention se réalise classiquement par laparoscopie. Elle est techniquement relativement aisée mais se caractérise par son côté irréversible. Les risques de fistules ou d’abcès postopératoires immédiats existent mais sont rares.

Le recul est insuffisant pour pouvoir juger de l’efficacité à long terme de cette intervention, notamment le risque de dilatation gastrique après plusieurs années, mais les résultats obtenus à moyen terme semblent excellents.

Contrairement à la technique de l’anneau gastrique, la « sleeve gastrectomie » ne comporte l’implantation d’aucun matériel étranger dans l’organisme.

En cas de résultat décevant, elle peut être considérée comme le premier temps d’une opération de « switch duodénal » et donc être complétée par une diversion bilio-pancréatique. Elle peut également être convertie en un bypass gastrique.