La chirurgie du diabète est dérivée de la chirurgie de l’obésité, dont nous vous parlons régulièrement sur ce site. Des résultats tangibles ont été obtenus sur la glycémie dans le diabète de type 2 (maladie se caractérisant par une hyperglycémie chronique).

Enfant diabétique

A l’heure actuelle, seuls les diabétiques obèses peuvent être opérés dans le cadre de la chirurgie de l’obésité. Près du quart des patients opérés sont diabétiques. Et, dans de nombreux cas, une rémission complète a pu être observée.

Le Quotidien du Médecin (5 octobre 2011) rapporte que plusieurs études ont montré que la chirurgie de l’obésité coûtait moins cher, à long terme, qu’un traitement médicamenteux classique du diabète. Par exemple, analysant des travaux réalisés sur des souris, des équipes de l’Université Claude Bernard-Lyon1, de l’Inserm, du CNRS, de l’Inra et de l’hôpital Bichat de Paris ont montré que la chirurgie by-pass stimulait la synthèse du glucose par l’intestin : « La détection de ce glucose active un signal qui est transmis au cerveau et améliore la sensibilité à l’insuline ».

De son côté, la revue Science Translational Medicine indique que des médecins ont observé que la méthode de chirurgie bariatrique par by-pass gastrique permet d’améliorer de manière spectaculaire la glycémie dans 4 cas sur 5. Ce bénéfice est même visible avant même une perte significative de poids.

La chirurgie du diabète devrait ainsi être amenée à se développer même si seule la moitié des diabétiques peuvent y prétendre (selon les critères définis par la Haute Autorité de Santé : il faut avoir un IMC supérieur à 35). Le nombre de diabétique augmentant, l’International Diabetes Federation plaide pour que les diabétiques ayant un IMC supérieur à 30 puissent également prétendre à la chirurgie du diabète.

Pour autant, cela ne veut pas dire que la chirurgie devient LE traitement du diabète. En effet, si chez certains patients obèses diabétiques la chirurgie a permis d’observer des résultats spectaculaires, chez d’autres l’intervention n’a que peu d’effets sur la glycémie. Par ailleurs, il n’y a pas encore assez d’études sur le sujet. Enfin, il apparait que le bénéfice de l’opération diminue dans le temps : après un by-pass, 5 à 10% des opérés voient chaque année leur diabète réapparaître.

Au final, le recours à la chirurgie élargit le panel des traitements possibles en cas de diabète de type 2. Ce qui est important quand on se souvient que des pays comme la Chine, l’Inde et l’Afrique font face à l’émergence de ce type de diabète, particulièrement chez les enfants.

 

[Image]

Une réflexion au sujet de « La chirurgie du diabète »

  1. Dommage qu’en Afrique(noire) ce type d’intervention ne soit pas pris en charge.La population africaine ignore ce que c’est que la chirurgie de l’obésité et elle n’est pas pratiquée ici!