Enfant dégustant un fruit

Plus les parents ont un niveau d’études élevé, plus ils proposent une alimentation saine et variée à leurs enfants, comme des fruits.

Existe-t-il une relation entre le niveau d’études des parents et le développement de l’obésité chez les enfants ? Oui répond une étude publiée dans Public Health Nutrition.

Les chercheurs qui ont mené cette étude IDEFICS (Identification and prevention of dietary- and lifestyle-induced health effects in children and infants) se sont intéressés à plus de 14000 enfants, âgés de 2 à 9 ans, et résidant dans plusieurs pays européens (Suède, Estonie, Belgique, Hongrie, Allemagne, Espagne et Chypre).

Les observations de l’étude

L’étude montre que :

  • Plus les parents ont un faible niveau d’éducation, moins ils consomment de fruits et de légumes
  • Plus le niveau scolaire des parents est bas, plus ils achètent des produits transformés et des boissons sucrées
  • Plus les parents ont un niveau d’études élevé, plus ils proposent une alimentation saine et variée à leurs enfants (fruits, légumes, pâtes, riz, pain complet)

Les différences sont le plus marqué pour les légumes, les fruits et les boissons sucrées.

Conseils

Entre 2 et 14 ans, un enfant est en pleine croissance, avec des besoins énergétiques et nutritionnels qui augmentent. Mais, comme les adultes, les enfants ont besoin d’apports équilibrés en céréales, fruits, légumes, produits laitiers, viandes maigres, poisson, volaille, œufs et noix. D’où l’importance de leur proposer un régime alimentaire équilibré !

Articles à (re)lire

 

Source : Parental education and frequency of food consumption in European children: the IDEFICS study, Public Health Nutrition, mars 2013, http://journals.cambridge.org

 

Image : CC Flickr/Simon Blackley

3 réflexions au sujet de « Obésité infantile : l’influence du niveau d’étude des parents »

  1. Ping : Obésité infantile : l’influ...

  2. D’après cette étude, les enfants dont les parents ayant suivi de grandes études nouriraient mieux leurs progénitures que ceux de faible niveau scolaire ? C’est une aberration, je crois qu’il ne faut pas sortir de saint-cyr pour savoir comment bien alimenter ses enfants.
    Leurs donner fruits, légumes, une alimentation saine est à la portée de tout le monde. Même un parent analphabète sait ce qui est bon pour son enfant.
    La France n’est pas représenté et tant mieux. Vous lecteurs qui avaient lu cet article quel est votre avis ?