Le rapporteur de l’ONU sur l’alimentation déclare que cette maladie ferait 2,8 millions de morts par an dans le monde.

Drapeau de l'Organisation des Nations Unies

L'ONU met en garde contre le développement du surpoids et de l'obésité à l'échelle mondiale

Olivier De Schutter a été très direct avec le Conseil des Droits de l’Homme la semaine dernière en affirmant que : « Nos systèmes alimentaires rendent les gens malades. » Il a déclaré que le monde souffre aujourd’hui d’une épidémie d’obésité liée à la malnutrition.

Les chiffres parlent d’eux mêmes : au niveau mondial, nous comptons environ 300 millions d’obèses soit plus de 4 fois la population de la France ! Mais nous comptons également 1 milliard de personnes en surcharge pondérale.

Ce problème de santé ne concerne pas uniquement les pays riches mais affecte aussi ceux en développement, notamment le Mexique.

Selon le rapport de l’ONU, les mesures misent en place, à savoir les avertissements publicitaires et la médicalisation des régimes, ne sont pas suffisantes. Le problème viendrait du fait que les Etats ont laissé une trop grande liberté aux entreprises agroalimentaires (voir ici, et encore ).

Ces dernières ont pu modifier notre équilibre nutritionnel en proposant de plus en plus de produits transformés. Ce type de produits représente une plus grande rentabilité pour l’entreprise. Mais il met en danger la santé du consommateur par un excès de graisse saturée et de sucre.

La première mesure proposée est de taxer les produits trop sucrées ou trop riches en graisse saturée. La seconde serait de limiter les publicités pour la malbouffe. Et en dernier lieu, de favoriser, par des subventions, les producteurs locaux pour un accès à des produits sains et frais.

Si rien n’est fait pour endiguer le fléau, 5 millions de personnes mourront avant 60 ans à cause de maladies liées à une mauvaise nutrition en 2030 !

Les commentaires sont fermés.